Pamyua, entre traditions Inuits et inspiration moderne

29 janvier 2017, 15 h, Fairbanks, UAF
Ciel bleu qui bleuoit, -12°C

 Après une semaine où le mercure a stagné entre -45°C et -35°C, un réchauffement est attendu pour samedi. Selon les prévisions, le thermomètre devrait même indiquer un doux -15°C. Faisait fit des frimas climatiques, Fairbanks se réchauffera au son de Pamyua et trouvera réconfort dans les enseignements des contes d’Alone in the Dark.

 Pamyua, prononc é/bum yo-ah/, ce mot d’origine Yup’ik désigne alternativement la queue d’un animal, l’aboutissement d’un raisonnement ou d’une idée ou encore la pièce supérieure constituant la proue d’un kayak. L’idée de finitude intrinsèque à Pamyua perdure lorsque le substantif est utilisé en verbe, signifiant que les joueurs de tambours doivent continuer à égrener leur rythme entêtant et aux danseurs à se mouvoir.

Pamyua est aussi un groupe de musiciens formé à Anchorage qui s’inspire les traditions Yup’ik, Inuit et Groenlandaise et les réinterprète en un style moderne. Considéré comme le plus célèbre des groupes inuits du monde, par le Rolling Stone Magazine, sur scène, leur énergie déchaîne un blizzard mélangeant vocalisation a capela, tambourinement enivrant et instruments contemporains. Pour en savoir plus, je laisse les trois Inuits Phillip et Stephan Blanchett, les fondateurs, Ossie, alias Aassanaaq et leur composante groenlandaise Karina Moeller, se présenter d’eux-mêmes dans la vidéo suivante.

Pour la première fois depuis sa création, et après de nombreuses performances internationales, Pamyua vient se produire à Fairbanks. Ils sont surpris par la salle bondée du Blue Loon. Trop souvent Fairbanks reste à l’écart des prestations culturelles, et à chaque visite d’un groupe inconnu, nombreuses sont les personnes à répondre présent. Saluant la nouveauté, le public Fairbanksien est des plus chaleureux et ne se lasse jamais d’en redemander, prolongeant le spectacle aussi longtemps que les musiciens ne tombent pas de fatigue.

 Pamyua est devenu l’un de mes groupes favoris. Sur scène il dégage une énergie incroyable, tout en conservant une aura de sérénité. J’ai adoré les introductions de Phillip et Ossie, qui avant chacun des chants, racontent une courte histoire sur leur origine, ou traduisent l’essence des paroles. Je ne peux que vous conseiller de vous laisser enivrer par leurs sons et profiter d’Ocean Prayer en guise de conclusion.

 

N'hésitez pas à critiquer que ce soit pour l'ortographe, la grammaire, la qualité du texte ou des photographies...