Ice Sculpture Festival XXVIII

Fairbanks, 25 mars 2017, 7 h 30 (GMT+9), vol FAI-SEA
Ciel dégagé, –21 °C

Selon les annales, nous aurions déjà dû bénéficier de quelques douces nuits exempte de gel. Mais les températures sont restées glaciales ; à l’approche de la fin du mois de mars, Fairbanks n’a toujours pas enregistré plus d’une dizaine d’heures au-dessus de 0°C et la neige est aussi belle qu’à la fin de Février, sans aucune trace de fonte.

A Fairbanks, le mois de mars est invariablement marqué par le festival de sculpture sur glace, le 28ème, depuis sa création en 1987. L’arrivée du réfrigérateur, d’abord à pétrole, puis électrique, sonna le glas de la récolte de glace à Fairbanks dès 1927 et cet art, si commun, fut oublié. L’idée de créer un concours de sculpture sur glace germa en 1986. Le même hiver, les fondateurs tentèrent de renouer avec la récolte de glace, mais l’échec fut cuisant. Technique et habilité ayant disparu depuis des décennies seuls des blocs fracturés, craquelés, informes furent récoltés. En désespoir de cause, pour le premier concours, de la glace artificielle, fabriquée à Seattle, fut importée à Fairbanks en milieu d’hiver. Puis le savoir ancien fut retrouvé, et dès l’édition suivante la glace fut récoltée dans la Chena ou de nos jours, dans un étang proche du festival.

Le festival dure de l’ébauche des sculptures — où tout un chacun peut observer les artistes à l’œuvre, maîtrisant tronçonneuses, burins, scies… – jusqu’à leur fonte presque complète. Le meilleur moment pour le visiter est souvent dans les quelques jours suivants la remise des prix, lorsque les détails n’ont pas été effacés par les ardents rayons du soleil printanier. En ce samedi soir, veille du départ d’Alex pour Tromsø, il est temps de se régaler les yeux. Étrangement, je me souviens d’un froid piquant les autres années lorsque le mercure n’affichait que –15 °C ; après ce glacial début de mars — de nombreux trajets quotidiens à vélo durant cet hiver, la température de –20 °C me semble plus que supportable.

March Madness

Comme à son habitude, le festival est un vrai régal pour les yeux. Dans la catégorie monobloc, je ne sais lequel est mon favori entre les danseurs de Tango, le dragon à crête, les microbes, les fleurs carnivores ou cette égérie de la mythologie nordique. Dans celle des multiblocs, ma préférence rejoint celle du jury qui a décerné le premier prix à March Madness, une représentation du pique-nique d’Alice aux Pays des Merveilles, dont les détails sont de toute beauté.

N'hésitez pas à critiquer que ce soit pour l'ortographe, la grammaire, la qualité du texte ou des photographies...