Excursion à la cabane The Sturm’s

Vol FAI-SEA, 25 mars 2017, 8 h 18 (GMT+9),

Rapidement après mon arrivée à Fairbanks, j’avais la bande des internationaux, ce groupuscule composé d’Andy (Suisse), Eyal (Israel), Simon (France) et Sarah, Alessio (Italie) et Skye (Fairbanks), gastronomie et bonne bouffe est partie de toutes activités qui soient d’une manière ou d’une autre. J’avais tout juste rencontré Josh (Canada) avant qu’il ne s’installe à Whitehorse et Emylin (Danemark) et Ross, marié et installé près d’Oslo. John (Pennsylvania) s’était joint au groupe avant mon arrivée. Nous avions adopté Brittany (Fairbanks), l’amie d’enfance de Skye, à son retour du Minnesota, lorsque Skye et Alessio sont partis pour l’Europe, d’abord l’Italie puis maintenant l’Écosse. Enfin, Simon et Sarah sont partis l’été passé pour la Norvège.

À Fairbanks, Andy, Eyal, John et moi attendions avec impatience le retour de Skye et Alessio, venu nous rendre visite pour une courte semaine. Je savais depuis quelques mois que cette fin de mars allait être chargée entre la rédaction d’un rapport pour un projet, l’écriture d’un article et deux expériences en parallèle, l’une à Fairbanks en collaboration avec une étudiante de l’université de Victoria à Wellington, Nouvelle-Zélande, l’autre à Hamburg, partie intégrante du projet MOSIDEO avec la Norvège. Suite à un concours de circonstance extraordinaire, l’expérience d’Hamburg avait dû être déplacée avant Pâques, chevauchant celle planifiée de longue date à Fairbanks. La visite de Skye et d’Alessio coïncide avec la semaine précédent mon départ pour l’Allemagne, l’arrivée d’Éva le jour précédent mon vol. En pareil cas, il convient d’appliquer la loi de Murphy, et deux semaines plus tôt, j’apprenais que le bâtiment du Geophyical Institute allait être fermé durant 4 jours pour remplacer l’antenne de communication installée sur le toit. Bien entendu, il s’agit du week-end prolongé prévu pour préparer l’expérience de Fairbanks. Me voici définitivement à la bourre.

Autant prendre avantage de ce concours de circonstance, la fermeture complète du bâtiment est mon excuse pour ne pas travailler cette fin de semaine. Skye voulait profiter de son passage par Fairbanks pour séjourner quelques jours dans la cabane The Sturm’s avec ses parents, Betsy et Matthew — un nivologue de renommée mondiale, aussi aventuriers que scientifiques dans ses recherches, et aussi ancien maître de thèse de Simon — et Alessio et de son frère. Vendredi après-midi, Andy et Eyal se joignent à leur compagnie. John et moi les rejoindrons le lendemain en début d’après-midi.

Skie et Alessio, Simon, Eyal et Andy m’avaient conté les charmes de cette cabane et je me réjouissais d’avance de la découvrir. Après que John m’ait proposé d’utiliser ses motoneiges, cette première visite est aussi devenue ma première excursion jusqu’à une cabine avec une motoneige. Un vrai luxe, aucun souci de poids ou de paquetage, il suffit de tout bourrer dans un sac ou deux, de les placer dans la luge accrochée à la motoneige. Et voilà, la magie de la mécanique opère, 30 minutes pour couvrir les 7 miles séparant la route de la cabane.

Arctic Oven (double tente équipée d’un fourneau), cabane et motoneiges : une excursion parfaitement alaskienne

Sur un replat enneigé, une petite cabane aux chevrons rouges trône au centre d’une clairière d’épinettes ; de la fumée s’échappe du tuyau de cheminée. Deux motoneiges et luges, une pile de bois fraîchement fendus, une tente arctique, le drapeau alaskien accroché à un mat complètent le décor, nous sommes chaleureusement accueillis. Pains, fromages, saucisses et autres biscuits sont arrosés d’une bonne bouteille de rouge, puis d’une autre. Tout le monde boit à la capel 1 à vin, un bol en bois. Au cours des années précédentes, Alessio avait popularisé son usage lorsque nous partagions un repas ensemble. À son départ, il avait donné la capel à vin à Simon, celle à café à Eyal. Puis Simon l’avait passé à Eyal. Ces traditionnels bols ne pouvaient que faire partie de l’aventure et scellé, une fois encore notre union.

Vins [Crédit photographique: Andy Aschwanden]
La compagnie est excellente. La quiétude des lieux n’est troublée que par quelques éclats de rire. Tout le monde est suspendu aux lèvres de Matthew lorsqu’il raconte l’une de ses histoires tantôt issues de décennies de recherche, tantôt de ses propres aventures. Les récits sont échangés entre balades écossaises et promenades septentrionales. Le délicieux fumet du tarot, une potée de choux et patate, préparé par Alessio émane d’une large casserole. John me donne la viande hachée d’élan ; quelques minutes plus tard, les burgers dorent doucement dans les deux poêles en fonte sur le gril à l’extérieur. En fin de soirée une seule bouteille à échapper à l’hécatombe, avant que café, génépi et Laphroiag sont partagés dans la deuxième capel. En milieu de nuit, nous sommes gratifiés par une magnifique aurore boréale illuminent le paysage.

Au petit matin, l’air est frais dans la tente arctique. À moitié ensommeillée, Andy allume le fourneau qui trône en son centre. Rapidement, l’ambiance se réchauffe et l’un après l’autre, Andy, John et moi quittons nos sacs chauds de couchage et profitons de la chaleur revigorante. L’heure du petit déjeuner sonne, bacon, pancake et café. Un vrai délice.

Lever de soleil sur l’Alaska

En début d’après-midi, John et moi quittons ce havre de paix à destination de Fairbanks. Le soleil est radieux, le mercure à la hausse. Cette courte, mais intense excursion fut un vrai plaisir.

Notes:
1. prononcée Tchappelle, un bol en bois d’usage traditionnel dans le nord de l’Italie.

N'hésitez pas à critiquer que ce soit pour l'ortographe, la grammaire, la qualité du texte ou des photographies...